Cinquecento

Avec le cinquecentto, la renaissance à l’italienne gagne toute l’Europe. La période de la Haute Renaissance correspond à la peinture du 16e siècle. En Allemagne, Dürer crée un équivalent au style italien, tandis qu’Holbein et Cranach se mettent au service du protestantisme.

Rapidement l’humanisme à l’italienne s’est étendu à toute l’Europe. En Allemagne, Albrecht Dürer crée un équivalent septentrional au style italien, où il révèle une acuité visuelle inédite, mise à contribution d’un art tout aussi imaginatif que descriptif, tandis qu’Hans Holbein et Lucas Cranach l'Ancien se font les chantres de la religion nouvelle, le protestantisme.

Chefs d’œuvre du cinquecento
En Italie, le début du 16e siècle résonne de guerres et de tensions exacerbées. L’idéal humaniste s’en ressent, et les trois grands artistes du tournant du siècle oscillent entre ferveur calme et révolte créatrice. Homme de sciences autant qu’artiste, Léonard de Vinci représente l’archétype de l’artiste de la Renaissance. Aux deux extrémités de cet idéal se situent Raphaël, peintre de la plénitude des madones mais aussi initiateur du maniérisme, et Michel-Ange, artiste protéiforme, autant peintre qu’architecte, poète ou sculpteur, incarnation de l’artiste libre et de la puissance créatrice.

Les peintres italiens de la Contre-Réforme
Les artistes italiens se font les artisans de la Contre-Réforme, qui leur dicte les moyens didactiques de ramener à la «vraie» religion catholique les croyants : les Eglises se couvrent d’or et de marbre pour séduire les fidèles, et on demande à la peinture qui en couvre les murs d’être instructive, éloquente et emphatique.

Venise et le maniérisme
A Venise, l’art célèbre par la couleur et la sensualité des matières la richesse de la cité : Giorgione, Titien puis Le Tintoret et Véronèse célèbrent l’amour et les grands de ce monde, tout en répondant au dogme catholique par des œuvres ferventes. Le maniérisme qui se développe en peinture, mais aussi en sculpture et en architecture à la fin du siècle, correspond à une exacerbation des formes et des couleurs, frôlant parfois la caricature.

 

Retour tableau

Principaux peintres de ce mouvement

Alessandro Boncivino (Moretto da Brescia) (1498-1554)
Andrea d'Agnolo di Francesco di Luca di Paolo del Migliore (Andrea del Sarto) (1486-1530)
Antonio Allegri (Le Corrège) (1489-1534)
Antonio Giamberti da Sangallo (Le Jeune) (1483-1546)
Baccio della Porta (Fra Bartolomeo) (1473-1517)
Battista Dossi (1490-1548)
Camillo Filippi (1500-1574)
Donato d'Angelo Bramante (1444-1514)
Giorgio Barbarelli da Castelfranco (Giorgione) (1478-1510)
Giovanni de Lutero (Dosso Dossi) (1486-1542)
Giovanni Antonio Bazzi (Sodoma) (1477-1549)
Giovanni Bellini (1430-1516)
Giovanni Pietro Rizzoli (Giampietrino)
Girolamo di Romano (il Romanino)
Girolamo Sellari (Girolamo da Carpi) (1500-1556)
Giuliano Giamberti da Sangallo (1445-1516)
Léonardo di Ser Piero da Vinci (Léonard de Vinci) (1452-1519)
Lorenzo Lotto (1480-1557)
Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni (Michel-Ange) (1475-1564)
Raffaello Santi (Raphaël) (1483-1520)
Tiziano Vecellio (Titien) (1489-1576)