Quattrocento

Au 15e siècle , la première Renaissance (ou quattrocento en italien) intervient en Italie et en Flandre et correspond à des bouleversements majeurs dans l’histoire de l’art. Elle marque l’invention de la perspective et la découverte de la peinture à l’huile. Ses grands maîtres sont : Botticelli, Mantegna et Bellini.

Au début du 15e siècle interviennent dans les pays les plus développés (l’Italie et la Flandre) des bouleversements majeurs dans l’histoire de la pensée et de l’art, dûs en grande partie à la réinterprétation de la pensée et de l’art antiques. Emerge alors l’idée d’une « renaissance » de la culture classique, synonyme d’humanisme et de progrès technique et intellectuel.

L’invention de la perspective
En peinture, cette mise en valeur de la technique correspond à des recherches importantes menées sur la perspective. Grâce à celle-ci, les Florentins Masaccio, Paolo Uccello et Piero della Francesca révolutionnent la vision spatiale en peinture : l’artiste peint les personnages à l’échelle et leur rend leur volume, concrétisant ainsi la notion énoncée par le théoricien Alberti, selon lequel la peinture doit être une « fenêtre ouverte sur le monde ».

Le quattrocento italien
Dès la fin du 15e siècle, la peinture italienne du quattrocento quitte la rigueur géométrique pour adopter une manière douce, adaptée à des thèmes plus ou moins ésotériques issus de la mythologie gréco-romaine, et incarnée de manière emblématique par l’art de Botticelli. De même à Venise naît, sous l’influence de l’art byzantin et de l’Orient tout proche, une peinture plus colorée et riche de matières : Mantegna et Bellini n’excluent pas dans leurs œuvres les riches détails et la transcription lumineuse de la réalité.

L’invention de la peinture à l’huile
Au même moment, en Flandre, est mise au point la technique de la peinture à l’huile, qui permet une grande précision du tracé et une transparence des couleurs. Van Eyck et Van der Weyden, notamment, parviennent dans leurs portraits et leurs scènes religieuses à un réalisme troublant des figures. Dans ce grand mouvement international, certains artistes partent en quête d’une manière et d’une inspiration personnelles, tels le Hollandais Jérôme Bosch ou l’Allemand Matthias Grünewald, peintres de leurs propres visions.

 

Retour tableau

Principaux peintres de ce mouvement

 

Alessandro di Mariano dei Filipepi (Sandro Botticelli) (1445-1510)
Andrea del Verrocchio (1435-1488)
Andrea di Bartolo di Bargilla (del Castagno) (1421-1457)
Andrea Mantegna (1431-1506)
Benozzo di Lese di Sandro (Gozzoli) (1420-1497)
Bernardino di Betto (Il Pinturicchio) (1454-1513)
Biagio di Antonio (1439-1507)
Cosimo Rosselli (1439-1507)
Di Betto Bardi de Donato di Niccolò (Donatello) (1386-1466)
Domenico di Tommaso Curradi di Doffo Bigordi (Domenico Ghirlandaio) (1449-1494)
Domenico Veneziano (1405-1461)
Filippino Lippi (1457-1504)
Filippo Brunelleschi (1377-1446)
Filippo Lippi (1406-1469)
Gentile Bellini (1427-1507)
Guido di Pietro (Fra Angelico) (dcs en 1455)
Leon Battista Alberti (1404-1472)
Lorenzo Ghiberti (1380-1455)
Luca d'Egidio di Luca di Ventura (Luca Signorelli) (1445-1523)
Luca di Simone della Robbia (1400-1482)
Masolino da Panicale (1383-1440)
Michele da FirenzeMichelozzo di Bartolomeo (1396-1472)
Mino da Fiesole (1429-1484)
Paolo di Dono (Uccello) (1397-1475)
Piero della Francesca (1420-1492)
Pietro di Cristoforo Vannucci (Le Pérugin) (1450-1523)
Tommaso di ser Giovanni Cassai (Masaccio) (1401-1428)
Vittore Scarpazza (Vittore Carpaccio) (1450-1526)

×